Thierry NIOGRET
Thierry NIOGRET

Quelques extraits par-ci par-là...

 

 

 

 

Soudain, il mourut. Ce fut net, bref, rapide. Ce fut donc une mort parfaite. Une mort admirable. Une mort qui fait en vie.

Lorsque la lame pénétra dans son coeur, il n'eut pas le temps de ressentir la douleur, tout au plus une vague impression de chaleur. Il aurait eut le temps de donner son avis, on lui aurait demandé son opinion, il se serait exprimé avec enthousiasme. Une mort comme ça, on en rêve ou on en crève. Lui, il en creva, avec une telle rapidité que ce fut presque un bonheur.

 

 

************************************************************************

 

 

Watson soupira.

- Bien sûr, Holmes, comme d'habitude, tout devient simple dès que vous expliquez. Je ne vous arriverai jamais qu'à la cheville tant qu'il s'agira de procéder à ce jeu de la déduction.

- Mon bon Watson, chassez vos complexes ! Je vous l'ai déjà expliqué, vous n'êtes pas une lumière mais un conducteur de lumière. Et à propos de cheville, vous êtes celle qui permet à la mécanique de mon brillant cerveau de se mettre au travail. Vous êtes la précieuse, l'indispensable cheville ouvrière qui permet à la machine d'assurer son rendement à plein régime. Non, vraiment, vous pouvez être fier de votre rôle.

- Alors, minauda Watson, alors, dans ces conditions, je veux bien. Vous pourrez toujours compter sur moi, je serai votre indispensable petite cheville, chaque fois qu'il faudra vous mettre le pied à l'étrier.

- Remets tes pieds en canard, c'est la cheville qui redémarre, philosopha Sherlock Holmes.

 

 

**********************************************************************

 

 

A tâtons, elle se dirigea vers l'escalier qu'elle commença à gravir en se tenant avec précaution à la rampe. Lestrade la suivait, près à la soutenir en cas de défaillance.

C'est que cette bonne madame Hudson était aveugle. Par pudeur ou pur respect envers la dame, Watson n'avait révélé sa cécité dans aucun de ses écrits et n'oserait jamais le faire.

Elle frappa deux coups discrets à la porte et ouvrit sans attendre de réponse.

- L'inspecteur Lestrade demande à vous voir, monsieur Holmes, dit-elle en s'adressant à la plante.

- Ah, Lestrade, toujours matinal, veuillez entrer, je vous prie, répondit le détective depuis le fond de la pièce.

L'inspecteur s'avança, et la logeuse se retira. Une fois la porte refermée, il entendit le bruit d'une chute et une série de cris stridents et décroissants. Cette bonne madame Hudson devait avoir manqué une marche et roulait dans les escaliers.

- Asseyez-vous, Lestrade. Il doit rester un peu de thé...

 

 

**********************************************************************

 

 

- Vous avez raison, dit le premier, nous sommes peintres, des artistes venus d'Italie. Notre travail était de fabriquer de faux tableaux que nous vendions à de riches amateurs crédules par l'intermédiaire de la boutique du rez-de-chaussée. Tamal Rajiv a été arrêté mais nous avions décidé de continuer sans lui. Je suis Aldo Riarti, de Naples.

- Et je suis son jumeau, renchérit le second, je suis Adolpho Riarti, de Naples également.

- Bon Dieu, mais c'est bien sûr, s'écria Sherlock Holmes. Les jumeaux Riarti, les napolitains du crime !

Les infos sont dans le journal de bord.